La nuit des musées, magique !

Nuit des Musées Genève

Pour la 4ème année consécutive, la ville de Genève organise « La nuit des musées » le 21 mai 2016, suivie de la journée mondiale des musées le lendemain. Ce ne sont pas moins de 26 musées et institutions culturelles genevoises qui ouvrent exceptionnellement les portes de leur établissement jusqu’à tard dans la nuit. Pour captiver le public, des activités multiples et diverses sont proposées dans les différents lieux. Cette édition dont le thème est autour de la magie prend des formes de concerts, visites guidées et jeux.

 

Genève affiche sa richesse culturelle

Grâce à une météo printanière, la nuit des musées a attiré une foule de petits et grands visiteurs, reconnaissables au foulard bleu ou jaune, qui fait office de billet. Les rues de la ville deviennent le temps d’une nuit un parcours culturel, voire un terrain de jeu grandeur nature. En effet, tandis que certains passent d’un musée à un autre, dans le but d’apprécier les différentes animations organisées pour l’occasion. D’autres entrent dans la peau de Sherlock Holmes et résolvent les énigmes d’un meurtre. La Cathédrale de Saint-Pierre est envahie par la foule dès 19h, le Musée d’Art et d’Histoire choisit d’accueillir ses visiteurs en grandes pompes, vêtus de costards-cravates. La quantité des lieux culturels et activités programmées est telle qu’un choix s’impose. Arrêtons-nous sur la Fondation Baur, Musée des Arts d’Extrême-Orient, et le Musée de la Réforme, lieu d’histoire locale.

 

Concert chinois envoûtant

La Fondation Baur organise au sein de ses murs un concert de harpe chinoise (guzheng) par Xu Qin, musicologue et enseignante à l’Université Populaire de Pékin. Le guzheng serait né d’une dispute familiale. Le père ayant deux filles souhaitent leur faire cadeau de sa précieuse harpe. Sans pouvoir se décider, il découpe l’instrument en deux parts égales. Lors de la performance, l’artiste offre à son public 6 morceaux, tantôt classiques tantôt folkloriques. Le son magique de l’instrument transporte les spectateurs dans des contrées lointaines et exotiques. Une introduction scénique avant chaque morceau permet de s’imaginer un contexte. Un homme endormi sur une barque, flûte de bambou à la main ou la victoire de l’armée rouge au début du printemps ou encore des femmes qui brodent des images florales en sont des exemples.  Le succès de la performance s’est accompagné d’une corde cassée, signe en Chine que parmi le public, il y’a beaucoup d’amis de l’artiste.

 

L’histoire ensorcelante de Genève

Entre la peste et la sorcellerie, Genève n’a pas toujours été un lieu paisible, raconte la guide du Musée de la Réforme. Elle commence par une introduction à l’histoire de la Réforme puis donne une explication des salles du musée, suscitant la curiosité des visiteurs. Ce n’est pas moins d’une trentaine de personnes qui l’écoutent attentivement, tant ses histoires sont passionnantes. On y apprend que les genevois au 16ème siècle sont souvent accusés de peste ou de sorcellerie, résultant en persécutions et condamnations à mort. Il est 23h et la nuit tombée rend l’ambiance au sein du vieux bâtiment intense. L’experte présente mentionne également le côté social de la ville, déjà existant au 19ème siècle. Elle cite, parmi tant d’autres, Henri Dunant, fondateur de la Croix Rouge dont le musée est également au programme en cette nuit des musées.

 

La magie était au rendez-vous dans les musées genevois en mode nocturne. Que ce soit le son d’un instrument mystérieux ou l’histoire genevoise de la sorcellerie, le visiteur de la nuit des musées avait le choix, parfois difficile tant les animations étaient multiples. En effet, la quantité des animations était de 170 en une soirée et une journée ! Le succès était aussi au rendez-vous avec pas moins de 10’500 visiteurs !

Texte: Laura Fleming
Photos: Noélie Bricolens

 

Nuit des Musées GE 2016

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *